Depuis plusieurs mois, des problèmes d’approvisionnement de traitement ont été constatés. Les associations tirent la sonnette d’alarme et tentent de comprendre la source du problème.

                           

C'est un événement apparemment banal. Un séropositif va à la pharmacie pour faire renouveler son ordonnance. Derrière le comptoir, on lui demande, la voix inquiète, «s'il a quelques jours d'avance». Ces temps-ci, sur toute la France, il paraît préférable de prévoir un délai quand on va chercher sa trithérapie. Car il y a des ruptures de stocks. Connaissant le prix élevé des médicaments et la marge confortable du pharmacien, la situation paraît étonnante. Mais à l’exception de quelques pharmacies, dans les grandes villes, qui disposent de stocks sur les médicaments anti-vih, la plupart les commandent au cas par cas.

Pas de motif identifié
Le TRT5, qui regroupe huit associations de lutte contre le sida, a tenté avec raison de mettre en place un observatoire afin d'analyser les raisons de ce phénomène. Dans un communiqué, début mai, l'interassociatif citait un laboratoire ayant mis un numéro d'urgence en place, tandis qu'un autre renvoyait vers les pharmacies hospitalières. Hélas, elles connaissent le même problème.

Comment la chose est-elle possible? Le TRT5 livre quelques pistes: «Les ruptures d’approvisionnement paraissent essentiellement liées à un problème concernant les grossistes. Des quotas sont fixés par les laboratoires pour chaque grossiste. Une fois dépassés, ils ne seraient plus en mesure de livrer leurs clients pharmaciens. D'autres raisons, purement économiques, ont également été évoquées, comme l'absence de stock dans les pharmacies en raison du coût très élevé des traitements.»

Devenez relais d'info
Dans le dernier numéro d'Actions Traitements, Eugène Rayess consacre son éditorial à cette question. Le militant évoque l'hypothèse de grossistes qui «favoriseraient les livraisons à d'autres pays européens achetant lesdites molécules au prix fort» ou encore des failles dans le mécanisme de production et de distribution des firmes pharmaceutiques. Si cela vous arrive, il faut donc informer, via http://www.trt-5.org/article250.html, le TRT5 qui travaille activement sur ce sujet. Certaines personnes ont raté deux jours d'administration… alors que l'on sait maintenant que la stricte observance est un gage d'efficacité thérapeutique.

SOURCE  : http://www.tetu.com/actualites/sante/antiretroviraux-des-ruptures-de-stocks-en-france-17308